Actualités Formation

L’apprentissage par problème est un mode de formation assez différent de la norme. Ci-dessous, nous allons aborder la méthode employée à l’Université de Maastricht, actrice européenne très reconnue dans ce domaine. Bien sur l’APP est adaptée par beaucoup d’autres universités, mais le processus en 7 étapes établie à Maastricht est proéminent.

Le processus en 7 étapes

Peu après sa création à la fin des années 70, l’université de Maastricht a créé la 7 jump method. Cette méthode, encore utilisée aujourd’hui, est un véritable guide pour les étudiants et tuteurs de l’université.

1 – Clarification

Clarifier les différents termes du problème, à l’aide de connaissances antérieures ou d’un dictionnaire. Le but n’est pas de créer un lexique, mais de s’assurer que chacun comprenne le problème.

2 – Questionnement

Définir précisément le problème, et les phénomènes qui nécessiteront des explications et/ou des recherches.

3 – Brainstorming

Analyse du problème en échangeant les opinions, les idées, et les connaissances déjà acquises.

4 – Analyser et structurer

Répertorier et trier les idées, connaissances, et pistes émises lors du brainstorming.

5 – Formuler les objectifs

Définir les objectifs d’apprentissage, c’est-à-dire les zones d’ombre restantes après les précédentes étapes.

6 – Recherche et apprentissage

Rassembler les informations en dehors du groupe : travail personnel à la bibliothèque, échanges avec des experts…

7 – Synthèse des résultats

Échange sur les résultats de l’étape d’apprentissage et synthèse de ces résultats pour formuler une description précise du problème et des phénomènes qui y sont liés.

Des rôles pour les apprenants du groupe

En premier lieu, seul le rôle d’animateur a été créé pour coordonner le travail des autres membres du groupe et s’assurer du bon déroulement des réunions. Les élèves étaient donc désignés chacun leur tour pour coordonner le contenu réunions, surveiller leur durée, gérer le temps de parole de chacun, et pour finir, planifier et résumer les réunions. À Maastricht, afin de pouvoir être efficace, l’animateur n’avait pas le droit d’interférer aux discussions en cours. Aujourd’hui, ce rôle a été segmenté, ce qui soulage l’animateur et permet une rotation plus diverse pour les apprenants.

L’animateur

L’animateur est un rôle toujours existant et important. Il doit toujours s’assurer que les membres du groupe suivent les étapes prévues pour le bon déroulement de l’activité. Il doit animer la discussion en distribuant la parole. Son rôle doit notamment faciliter la participation des apprenants plus discrets. Il s’assure également que les idées sont toutes notées et sont claires pour tout le groupe.

Le secrétaire

Durant la réunion, le secrétaire est chargé de prendre des notes, de préférence au tableau, pour que tout le groupe ait un support pour la discussion. Ce rôle améliore les capacités de synthèse du secrétaire. De plus, les autres apprenants peuvent participer activement dans la discussion, sans avoir à se soucier de prendre des notes.

Le scribe

Ce rôle complète celui du secrétaire. Le scribe retranscrit les notes du tableau et en fournit une copie à chaque membre du groupe à l’issue de la réunion. Là encore, cela évite la prise de notes et favorise la discussion.

Le gestionnaire

Le gestionnaire gère l’organisation autour de l’APP. Il contacte des experts si nécessaire, s’occupe des besoins matériels s’il y a une expérimentation. Il fait aussi la liaison entre le groupe et le formateur.

Des adaptations pour la formation professionnelle

Selon vos besoins et vos objectifs, l’APP peut être très bénéfique. La méthode ci-dessus est utilisée principalement lors des études supérieures. Le déroulement d’une formation en apprentissage par problème est donc aménagé pour s’adapter aux formations professionnelles. Pour plus d’information, découvrez comment Learning System utilise l’Apprentissage Par Problème.